ST#1 : Alice Sotgia & Elise Macaire

Vendredi 14 Octobre 2016 à 9h30

Thème A : PRATIQUES D’APPROPRIATION
(coord. Alessia de Biase, LAA)

Espaces Publics Appropriés-Appropriables?

Alice Sotgia en s’appuyant sur deux recherches menées dans le cadre du Laboratoire Architecture Anthropologie de l’ENSA de Paris La Villette/UMR 7218 LAVUE dans le centre historique de Bordeaux (en 2010) et dans un quartier de Rome (en 2014), propose de réfléchir aux différentes formes qui peuvent assumer des pratiques d’appropriation d’un espace public. Comment ces pratiques rendent-elles un espace plus ou moins approprié – dans le sens d’un espace qui convient – et appropriables ? Quelle quotidienneté ou quels conflits produisent-elles ?

Ensuite Elise Macaire, mettra en parallele les collectifs d’architectes, qui depuis le début des années 1990, explorent de nouvelles façons d’exercer leur métier en développant des méthodes de coproduction avec les habitants. S’inscrivant dans l’histoire de la démocratisation de l’architecture et, en particulier, dans la frange de la profession se préoccupant de la participation des habitants au processus de production de l’architecture, ils déploient des méthodes de travail qui s’inspirent quelques fois de l’éducation populaire. Ils s’associent souvent avec d’autres disciplines (urbanistes, paysagistes, artistes, éducateurs, sociologues, philosophes, géographes…) afin d’élargir leur champ de compétence et véhiculent une représentation renouvelée de la conduite des projets architecturaux et urbains, notamment en proposant des formes singulières d’intervention dans l’espace public. Ce sont ces modalités d’intervention qu’elle explorera afin d’observer comment elles contribuent à l’évolution des formes d’appropriation des espaces publics urbains.

 Alice Sotgia historienne et docteur en urbanisme, est chercheur au LAA/UMR 7218 LAVUE, maître assistant associé à l’ENSA de Paris-Malaquais et post doctorante à Aix-Marseille Université, avec un projet sur comment le passé – décliné comme histoire, patrimoine et mémoire – est utilisé dans les projets de rénovation urbaine des quartiers de la politique de la ville à Marseille. Depuis sa thèse, sur un quartier de logements sociaux réalisé à Rome dans les années 1950 et devenu aujourd’hui un « patrimoine de la modernité », ses recherches analysent le rôle des récits dans les processus de transformation urbaine à différentes échelles.

Elise Macaire architecte DPLG, master de sociologie, docteure en architecture, est enseignante-chercheuse à l’École nationale supérieure d’architecture de Paris La Villette. Elle est responsable du réseau Ramau (Réseau Activités et métiers de l’architecture et de l’urbanisme), réseau de la recherche architecturale et urbaine. Elle est cofondatrice de didattica (architecture, éducation et démocratie), collectif basé à l’Ensaplv.

Suggestions bibliographiques pour la séance

  • ARDENNE Paul, Un art contextuel. Création artistique en milieu urbain, en situation, d’intervention, de participation, éd. Flammarion, Paris, 2002.
  • BIASE A. de, SOTGIA A., ZANINI P. et Alii (2016), Les temps de San Lorenzo. Chronotopie d’un quartier, Paris : Editions du LAA
  • BIASE A. de, MENSITIERI G, SOTGIA A. (2010), Hériter de Bordeaux ? Etude anthropologique pour le centre ville de Bordeaux, Paris : Editions du LAA
  • KELLENBERGER Sonja, Espaces publics et formes de mobilisation politique : le rôle des pratiques artistiques, rapport de recherche, programme « culture, villes, dynamiques sociales », IPRAUS, 2000.
  • LAMARCHE-VADEL G. (2014), Politiques de l’appropriation, Paris : L’Harmattan
  • MACAIRE Elise, L’architecture à l’épreuve de nouvelles pratiques. Recompositions professionnelles et démocratisation culturelle, thèse de doctorat, Jodelle Zetlaoui-Léger (dir.), LET-LAVUE, 2012.
  • RIPPOL F., VESCHAMBRE V., dir. (2005), « L’appropriation de l’espace : sur la dimension spatiale des inégalités sociales et des rapports de pouvoir », Norois, 195, 2
  • SERFATY-GARZON P. (2003), « L’Appropriation », in Dictionnaire critique de l’habitat et du logement, sous la direction de M. SEGAUD, J. BRUN, J. C. DRIANT, Paris : Editions Armand Colin, pp. 27-30
  • NICOLAS-LE STRAT Pascal, Moments de l’expérimentation, éd. Fulenn, 2009.
  • RAGON Michel, L’architecte, le prince et la démocratie, Albin Michel, Paris, 1977.

Textes à lire pour se préparer à l’écoute 

« Ville, art et politique : un nouveau champ d’action pour les architectes« , In Appel (V.), Bando (C.), Boulanger (H.), Crenn (G.), Croissant (V.), Toullec (B.) (dir.) La mise en culture des territoires – Nouvelles formes de culture évènementielle et initiatives des collectivités locales, Presses Universitaires de Nancy, 2008.

ou

« Des architectes à l’épreuve de la participation« , In De Coninck (F.) et Deroubaix (J.-F.) (dir.) Ville éphémère, ville durable – Nouveaux usages, nouveaux pouvoirs, éditions de l’Œil d’Or / l’École doctorale Ville-Environnement, Paris, 2009.

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :