St#10 : Emeline Bailly & Magali Pinon-Leconte

Vendredi 18 Décembre 2015  – 09h30

thème E : VILLE ET ENVIRONNEMENT. CRISE OU NOUVEAUX PARADIGMES ?
(coord. Manola Antonioli – GERPHAU) 

« Pour une connaissance renouvelée du paysage et une transition dans les modes d’agir sur les territoires : la recherche-action »

L’enjeu du paysage commun pour réconcilier paysage aménagé et paysage perçu

[Intervention d’Emelyne Bailly]

Le paysage est de plus en plus valorisé dans les projets urbains en Europe et aux États-Unis, au point d’apparaître comme une nouvelle marque de fabrique urbaine durable. Les politiques publiques menées dans deux quartiers périphériques de New York (Melrose – Bronx) et Paris (Ile St Denis/ St Denis Confluence) révèlent un idéal de ville nature, qui renouvellerait l’image de territoires déqualifiés. De même, l’ambition publique insiste sur le développement d’espaces de nature censés « faire espace public ». Ceux-ci symboliseraient une nécessité de nouveaux types d’espaces collectifs/publics, appropriables, habitables dans un contexte de problématiques environnementales et de perte de l’essence publique des villes. Paysage et espaces paysagés apparaissent dès lors perçus comme une composante de l’urbanité des villes, en tant qu’ils traduiraient une occasion de repenser l’espace public, la citoyenneté (vie politique), la citadinité (vie urbaine), la civilité (vie sociale).

Parallèlement, l’individualisation des pratiques sociales et la diversification des modes d’investissement spatial des citoyens conduisent à une plus grande hétérogénéité des perceptions, des représentations et des significations attribuées à l’espace urbain. A partir des résultats d’enquêtes-promenades réalisées auprès des usagers de ces deux quartiers périphériques, nous présenterons d’abord les catégories de perception et de représentation mobilisées, la grille de lecture permettant la composition d’un ensemble de signes et significations à même de « faire paysage urbain ». Nous interrogerons ensuite l’écart entre les représentations des habitants et celles des politiques urbaines à l’œuvre et en quoi celui-ci questionne les modes d’actions publiques en termes de conception urbaine mais aussi de participation avec la société civile. Plus largement, nous nous questionnerons sur la possibilité de susciter la composition d’un langage des paysages par de multiples lecteurs, récepteurs, concepteurs, à même de réconcilier les espaces aménagés avec ceux perçus, vécus, imaginés, à partir de la recherche action, Fabrique ACTIve du paysage (Fact). Celle-ci est menée actuellement en partenariat avec Bellastock et une série d’artistes-concepteurs invités à s’interroger sur les marqueurs et signes susceptibles de révéler le paysage.

La préfiguration d’ateliers de recherche-action « Paysages, Territoires, Transitions »

[Intervention de Magali Pinon-Leconte]

Le service de la recherche du ministère conduit depuis 1998 des programmes de recherche sur le paysage. Dans le prolongement du programme Politiques publiques et paysages (PPP), le programme Paysage et développement durable (PDD) s’est achevé en juin 2015 avec l’organisation d’un colloque et la publication d’un ouvrage : Biodiversité, paysage et cadre de vie. La démocratie en pratique. La thématique des paysages reste un enjeu d’actualité pour le ministère, comme en témoignent le projet de loi pour la reconquête de la biodiversité, de la nature et des paysages, le rapport du Conseil général de l’environnement et du développement durable « Paysages et aménagement : propositions pour un plan national d’actions » (2014) ou le lancement par la ministre d’un plan national d’actions pour la reconquête des paysages et la place de la nature en ville, qui visent, tous trois, la mise en place d’une politique nationale volontariste, incitative, partenariale et cohérente vis-à-vis des paysages. Après la première stratégie de développement durable, le ministère porte aujourd’hui prioritairement attention aux transitions qui se réalisent, s’énoncent, pointent dans les territoires, tout particulièrement les transitions écologique et énergétique. Les territoires renvoient à des questionnements larges et complexes, tant du point de vue disciplinaire que temporel ou scalaire.

Le service de la recherche souhaite lancer une démarche autour des ateliers territorialisés de recherche-action « Paysages, Territoires, Transitions » pour les années 2016 et 2017, qui intégrerait une diversité des acteurs impliqués dans les transitions (en cours, attendues, en projet…), se nourrirait des expériences, expérimentations et pratiques dans les territoires, afin de mettre en lumière les modes de faire (démarches, outils, savoir-faire…) collectivement ces transitions. Précédés d’une phase de préfiguration sur l’année 2015,  réalisés avec le soutien des partenaires concernés aux plans local, national voire européen, ces ateliers territorialisés de recherche-action renforceront le réseau en création des initiatives, actions et théories vers la transition.

Émeline Bailly, docteure en urbanisme, est chercheure au Centre Scientifique et Technique du Bâtiment (CSTB) /Université Paris Est depuis 2010 et chercheure associée à Lab’urba/Ecole d’Urbanisme de Paris. Ses recherches actuelles portent sur la conception urbaine durable et les concepts de paysage, d’espace public et de qualité urbaine. Elle conduit parallèlement des missions et programmes de recherches urbaines à l’échelle internationale (New York, Téhéran, Rabat, Phnom Penh…) et intervient régulièrement dans des universités et instituts d’urbanisme en France et à l’étranger (IEE-Paris 8, HEPIA, Fordham University, Yale University,,…).

Magali Pinon-Leconte est architecte urbaniste de l’État. Elle est actuellement chargée de mission scientifique « Paysages et territoires durables » au sein du service de la recherche, de la direction de la recherche et de l’innovation, du commissariat général au développement durable, du ministère de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie.

Suggestions bibliographiques pour la séance :

  • Bailly E., « L’appréhension du paysage urbain, une opportunité pour renouveler la conception urbaine, Paysage et développement Durable », in Biodiversité, paysage et cadre de vie, La démocratie en pratique sous la direction de Yves Luginbuhl, édition Victoires, juin 2015
  • Berque, Augustin (dir.) (1994), Cinq propositions pour une théorie du paysage. Seyssel : Éditions Champ Vallon.
  • Besse, Jean-Marc (2000), Le goût du monde, exercices de paysage. Arles : Actes Sud ENSP/Centre du paysage.
  • Brinckerhoff, Jackson John (1984), A la découverte du paysage vernaculaire. Paris : réédition Acte Sud.
  • Kroll, Lucien (2001), Tout est paysage. Paris : Éditions Sens et Tonka.
  • Luginbühl, Yves (2012), La mise en scène du monde – Construction du paysage européen. Paris : CNRS Edition.
  • Roger, Alain (1997), Court traité du paysage. Paris : Éditions Gallimard.
  • Sansot Pierre (1983), Variations paysagères, invitation au paysage, Paris : Payot.

5 Textes à lire pour se préparer à l’écoute :

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :