St#4 : Nicolas Pierrot & Antoine Furio

Vendredi 6 Novembre 2015  – 09h30

thème B : TEMPORALITES ET CULTURES DES TERRITOIRES ET DES PROJETS
(coord. Karen Bowie – AHTTEP)

Patrimoine industriel : un enjeu d’avenir pour la région

Étude et reconversion du patrimoine industriel en Île-de-France : enjeux, acteurs, typologie des grands chantiers [Intervention de Nicolas Pierrot]

Depuis les années 1970, la chronique des destructions et des luttes patrimoniales – souvent perdues – s’enrichit à mesure que s’accentue la « requalification » urbaine, et que s’étiole le tissu industriel de la métropole francilienne. Au cœur de Paris, comme dans les départements limitrophes, l’urgence a d’abord été de recenser et d’étudier (patrimoine matériel et immatériel) les éléments distinctifs de ces territoires industriels. Ceci avant le passage des bulldozers, avant la « mutation » d’espaces désignés comme disponibles.

Le second enjeu fut de préserver ce qui pouvait l’être : les protections au titre des Monuments historiques furent rares – mais de qualité. La loi SRU permit ensuite d’établir des diagnostics patrimoniaux (essentiellement à l’initiative du Département de la Seine-Saint-Denis, voir l’intervention d’Antoine Furio) et de distinguer, dans les Plans Locaux d’Urbanisme des communes, les éléments remarquables du patrimoine industriel.

Mais le plus grand nombre des sites préservés le furent, ici comme ailleurs, par leur affection à de nouveaux usages. L’inventaire et la typologie des reconversions sont en cours. Premier enseignement : on ne saurait négliger les reconversions modestes, « spontanées » : voici d’humbles moulins, des ateliers urbains, des « immeubles industriels » reconnus pour leurs qualités morphologiques et architecturales, devenus logements ou locaux d’entreprises tertiaires. Ces adaptations provoquèrent, certes, des dénaturations, mais stimulèrent également l’innovation architecturale. Les promoteurs et les particuliers furent-ils toujours soucieux, cependant, de transmettre le sens des lieux ?

Parallèlement, quelques sites emblématiques, distingués pour leur valeur patrimoniale et monumentale, firent l’objet de grandes opérations de reconversion à vocation économique ou culturelle. Opérations largement médiatisées, autant pour leurs intérêts programmatiques et architecturales que pour leur rôle dans la requalification urbaine : voici des monuments chargés de porter la mémoire d’un territoire et, conjointement, d’en afficher la modernité, afin d’en assurer l’attractivité. On reviendra sur ces grands projets, en soulignant notamment le rôle des acteurs publics dans la préservation du sens des lieux : l’Etat, par son service des Monuments historiques ou par ses universités ; mais également les collectivités locales, actrices essentielles de l’équipement et de l’aménagement. Les opérations conduites essentiellement par les opérateurs privés – majoritaires – nous retiendront bien sûr longuement. On s’intéressera enfin au rôle nouveau tenu par les Établissements publics d’aménagement (EPA) dans la reconversion du patrimoine industriel.

Dans tous les cas, l’« argument patrimonial » a été amplement mobilisé. Pour autant, ces monuments de l’industrie reconvertis sont-ils les supports efficaces d’une transmission durable de la mémoire et de l’histoire industrielle ?

Les enjeux urbains du patrimoine industriel en Seine-Saint-Denis [Intervention d’Antoine Furio]

 Le patrimoine industriel constitue depuis une dizaine d’années en Seine-Saint-Denis autant un objet de convoitise que de crispation. Placé au cœur de débats urbains et architecturaux sur la requalification des territoires, il confronte souvent deux perceptions différentes, celle des défenseurs d’un élément signifiant à celle qui le considèrent avant tout comme une réserve foncière. Pourtant les deux visions ne s’opposent pas, et certaines opérations nous dévoilent leur possible articulation.

Après avoir contextualisée l’importance du fait industriel dans l’histoire de la Seine-Saint-Denis, l’intervention présentera une typologie des représentations et des actions conduites par différents acteurs du territoire sur le patrimoine industriel.

Nicolas Pierrot est chercheur au service Patrimoines et Inventaire de la Région Île-de-France, en charge du patrimoine industriel, et membre du Centre d’Histoire des Techniques de l’Université Paris I Panthéon-Sorbonne (IHMC).

Antoine Furio est diplômé en histoire et en urbanisme, attaché de conservation du patrimoine. Il intègre le Conseil départemental de la Seine-Saint-Denis en 2002 en tant que chargé de mission en patrimoine industriel. Au sein du Service du patrimoine culturel, constitué de chercheurs en histoires, archéologues, architectes et médiateurs, il recense, étudie et valorise les sites industriels du département. Objectif majeur de ce travail, son intégration dans les documents d’urbanisme (PLU, ZAC) afin de conserver des éléments significatifs de ce riche patrimoine à défaut de ne pouvoir le protéger par les voies classiques des Monuments historiques. Collaborant à des ouvrages collectifs sur l’histoire et le patrimoine de la Seine-Saint-Denis, Antoine Furio participe également à de nombreux colloques et séminaires sur les problématiques urbaines du patrimoine industriel et les enjeux de sa reconversion.

Suggestions bibliographiques pour la séance :

  •  Rénover, réutiliser, reconvertir le patrimoine : quels enjeux pour demain ? Actes du colloque de la Région Ile-de-France, 15-16 sept. 2014, Paris, Région Île-de-France, Somogy Editions d’Art, 2015.
  •  La Revue « L’Archéologie industrielle en France », devenue en 2015 « Patrimoine industriel » : http://www.cilac.com/nos-publications/notre-revue-archeologie-industrielle-en-france-aif.html
  •  Anne-Françoise-Garçon, « Le patrimoine, antidote de la disparition ? » : http://www.academia.edu/10322339/Le_Patrimoine_antidote_de_la_disparition_
  •  Jean-François Belhoste et Paul Smith, Architecture et paysages de l’industrie. L’invention d’un patrimoine, La Martinière, 2012, 271 p.
  •  Evelyne Lohr, Geneviève Michel et Nicolas Pierrot (dir.), Les Grands Moulins de Pantin, Lyon, Lieux-dits, 2009, 212 p.

3 Textes à lire pour se préparer à l’écoute :

30ansReconvFurioAntoine FURIO, «Trente ans de reconversion en Seine-Saint-Denis», L’archéologie industrielle en France, n° 60 (Juin 2012)

PatriIndustrielFurio Antoine FURIO, La reconversion du patrimoine industriel, l’exemple de l’usine Ideal Standard à Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis)

ReconvPatriPierrotNicolas PIERROT,  « La reconversion du patrimoine industriel en Île-de-France. Approche typologique », publiée dans : Rénover, réutiliser, reconvertir le patrimoine, actes du colloque régional des 15 et 16 septembre 2014, Paris, Région Île-de-France, Somogy Editions d’Art, 2015, p. 117-135.

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :