St 5: Véronique Biau & Thierry Ciblac

9 novembre 2012

Thème : Acteurs et métiers du projet

Les métiers de l’architecture

Cette première séance sur le thème des « acteurs et métiers du projet », sera consacrée aux architectes et aux ingénieurs. Véronique Biau évoquera les évolutions des modes d’exercice des architectes au cours des quarante dernières années dans un contexte d’accentuation de la division technique du travail et de l’émergence de nouvelles demandes d’assistance, comme par exemple, autour de l’aide à la conception de projets d’habitat participatif. Thierry Ciblac interviendra pour sa part à propos de la relation architecte-ingénieur et plus précisément, autour des formes de collaborations actuelles autour de l’usage des technologies numériques.

Véronique Biau Véronique est architecte-urbaniste en chef de l’État, docteur en sociologie, chercheur à l’École nationale supérieure d’architecture de Paris-Val de Seine, directrice du Centre de Recherche sur l’Habitat (CRH, LAVUE). Depuis 2001, elle anime le Ramau (Réseau activités et métiers de l’architecture et de l’urbanisme). Ses travaux portent sur les processus et les acteurs intervenant sur la conception et la production des espaces architecturaux et urbains : organisation de la maîtrise d’œuvre et attribution des marchés publics en Europe, partenariats public-privé en Grande-Bretagne, et logiques internes aux principaux groupes professionnels investis dans la conception (les architectes et la question de la notoriété, les urbanistes et la définition d’une identité professionnelle partagée).

Quelques références récentes de Véronique Biau:

2009,  V. Biau, F. Lautier (éds). La qualité architecturale ; acteurs et enjeux, Cahier Ramau n°5, Paris, Editions de la Villette, 2009. 215 p.
2009, V. Biau, « La place du travail de conception et la régulation de la qualité architecturale en partenariat public-privé »,   in E. Campagnac, (éd.),Évaluer les partenariats public-privé  Presses de l’ENPC, pp.147-154.
2008, V. Biau et Th. Evette, « Activités et métiers de l’architecture et de l’urbanisme ; recherche et dispositifs réflexifs », Annales de la Recherche Architecturale et Urbaine n°104, juin, pp. 165-173.
2004, V. Biau, S. Weil., « Le développement de la procédure PPP/PFI en Grande-Bretagne »,  Cahier spécial dans Le Moniteur des Travaux Publics et du Bâtiment n°5246 du 11 juin, pp.1-95.
2003, V. Biau, « Structure et évolution des élites architecturales », Regards Sociologiques n° 25-26

Thierry Ciblac est Ingénieur des Travaux Publics de l’Etat en 1991, Docteur en génie civil de l’INSA de Lyon en 1996 puis post-doctorat au Département Génie Civil et Bâtiment (DGCB), URA CNRS 1652. Enseignant en outils mathématiques et informatiques (champ STA) en écoles d’architecture depuis 1993 à Lyon et depuis 2003 titulaire à l’ENSAPLV. Chercheur au laboratoire MAP-Maacc CNRS-MCC UMR 3495 de l’ENSAPLV (http://www.maacc.archi.fr/, ex ARIAM-LAREA) depuis 2003. Recherches s’insérant dans le thème de l’assistance informatique à l’activité de conception dans les domaines de la modélisation et du calcul de structures et en particulier des maçonneries (Co-encadrement de la thèse d’Apostolia Oikonomopoulou).

Cliquez ici pour les references récéntes de Thierry Ciblac 

Suggestions bibliographiques pour la séance « Les incontournables » selon les auteurs

  • Ciblac T., Oikonomopoulou A., Guéna F.  « Approches numériques pour l’étude du comportement des structures maçonnées anciennes ». In Edifices et artifices, Histoires constructives, Editions Picard, 2010. Actes du Premier congrès francophone d’histoire de la construction, Paris, juin 2008.
  • Block P., Ciblac T., Ochsendorf J. « Real-time limit analysis of vaulted masonry buildings », Computers and Structures. 84 (1841-1852), 2006.
  • Hofmann A., Bollinger K. and Grohmann M., Generating geometry of irregular Frame works algorithmically, Proceeding of Advances in architectural geometry, Vienna, 2008.
  • Adriaenssens S., Ney L., Bodarwe E., Williams C. « Finding the Form of an Irregular Meshed Steel and Glass Shell Based on Construction Constraints », Journal of architectural engineering, 18:206-213, September 2012
  • Mouterde R. et Fleury F., Comprendre simplement la résistance des matériaux. La structure, principes et enjeux pour la conception, Editions le Moniteur, 2007.
  • Picon A . (sous la direction de) L’art de l’ingénieur – Constructeur, entrepreneur inventeur, Editions du centre Pompidou et le Moniteur, 1997.
  • Evette T., /Les métiers de l’architecture en Ile-de-France, enquête sur la diversité des exercices/. Paris, CROAIF, 2012
  • Chadoin O., /Etre architecte : les vertus de l’indétermination/, Limoges, PUL, 2006.
  • Moulin R. et al., /Les architectes. Métamorphoses d’une profession libérale/, Paris, Calmann Levy, 1973
  • Courdurier E., Tapie G., (dir.), /Les métiers de la maîtrise d’œuvre. Contrat emploi prospective/. Paris, La Documentation française, 2003.
  • Biau V., Tapie G., (dir.), /La fabrication de la ville, métiers et organisations/. Marseille, éditions Parenthèses, 2009

::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::

Pour se préparer à l’écoute 2 textes récentes de deux auteurs à télécharger

Ciblac T., Untersteller L.-P.  « Usage de l’image numérique dans la conception de structures », Actes de SCAN’07 (Séminaire de Conception Architecturale Numérique), Liège, Mai 2007.

Veronique Biau, « Les architectes de l’habitat participatif, entre militance et compétence », metropolitiques, 30/01/2012

Publicités

Un commentaire

  1. ornella

    Le débat suivant le séminaire avec Véronique Biau et Thierry Ciblac, sur les pratiques de participation des citoyens dans le projet architectural, a mis en évidence le changement et le développement de la profession de l’architecte.
    En contraste avec la figure des archi stars que nous avons vu pendant les années 90, la médiation, l’interaction, la flexibilité et la multidisciplinarité deviennent des mots – et pratiques – clés du nouveau paradigme qui concerne le rôle de l’architecte.

    Mais qu’est-ce que se passe si la participation active au projet urbain découle de pratiques spontanés, plutôt que comme conséquence du travail de l’architecte?
    À ce propos, la Tour David de Caracas en Venezuela à fait beaucoup parler de soi, jusqu’à être exposé a la 14e Biennale de l’Architecture de Venise « Common Ground ».
    Occupé par 750 familles besogneuses, le gratte-ciel David représente une des phénomènes contemporaines plus fort d’organisation, d’appropriation et de revendication populaire d’espace.
    Le studio de design et architecture Urban Think Thank a présenté à la Biennale cette énorme action d’occupation comme un model du vivre communautaire très valide et méritant de reconnaissance: la Tour David monstre que les citoyens sont encore capables de pouvoir répondre a une demande des besoins réels (manger, dormir ou dans ce cas habiter) par eux-mêmes et que le modèle capitaliste n’a pas encore totalement pris le contrôle.

    Donc, quel devient le rôle de l’architecte, face à un réel phénomène de participation partagé des citoyens, où sa professionnalité n’a pas été nécessaire?
    C’est légitimer.
    Et légitimer surtout pour une opinion publique, qui toujours moins se constitue comme ensemble pour devenir voix et se retrouve de plus en plus bloqué par des inutiles processus bureaucratiques, restant un idée vague et vacante pour indiquer singuliers individualités qui simplement habitent – et pas vivent – l’espace urbaine.

    La force d’un acte de réappropriation du sol (et di ciel pollue par les gratte-ciels) urbaine, est d’avoir la conscience que nous ne devons pas demander espace, mais le vivre.
    Une grande occupation, comme la de Caracas, met en évidence l’absurdité d’une planification urbaine qui a prévu l’édification de ce gratte-ciel de 28 étages – aujourd’hui encore inutilisé – pour une population où l’index de pauvreté est du 30%, ne considérant pas en aucune manière les réels nécessités du vivre urbaine.

    Les pratiques de participations deviennent donc porteuses d’un débat bien plus grand d’importance politique sur le significat de POUVOIR.
    Comment en fait Giancarlo De Carlo écrivit:
    « La participation est un processus qui a l’objectif d’attribuer à tous le meme pouvoir decisionnel, ou une serie d’actions continues et interdependantes qui tendent vers une situation où chacun partage à part égale le pouvoir. Cela signifie une situation où l’exercise de pouvoir est aboli, le puvoir étant instrument d’exploitation et de répression. »
    (Giancarlo De Carlo, Parametro, n. 52)

    Donc on se pose à l’architecture une grande question: dans la crise contemporaine économique, des valeurs et politique des grands systèmes qui ont géré l’Occident jusqu’a aujourd’hui, on peut donc repensé et redistribuer le pouvoir aussi – et surtout – par les pratiques du projet architecturale de demain?

    Ornella Zaza

    Alter Architectures Manifesto, T. Paquot, Y. Masson-Zanussi, M. Stathopoulos, Eterotpia – Infolio

    http://www.torredavid.com

    http://www.u-tt.com

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s