St 3 : Philippe Bonnin & Alain Guez

26 octobre 2012

Thème : Temps et temporalités des territoires et des projets

Rythmes et cycles urbains

Philippe Bonnin se penchera sur la question de la durée de l’observation des temps d’habiter : d’un coté l’ethnologue légitimement observe les  » manières d’habiter  » sur des périodes plus longues de temps, attentif à ces manières bien au-delà du relevé des caractéristiques quantitatives du ménage et de son habitat, et de l’autre il n’en demeure pas moins que la durée prise en compte par la plupart des observations demeure infiniment courte par rapport au temps résidentiel vécu. L’observation des pratiques habitantes, de l’espace privé comme de l’espace public, atteste qu’elles reposent sur des représentations durables de la Domus, oubliées ou occultées. Les comportements de civilité/incivilité, de sauvegarde/dégradation, de prise en charge/abandon, d’entretien, d’embellissement, sont en étroite corrélation avec le mode d’attachement aux espaces habités, conçu sur la durée. Il gouverne le vivre ensemble et la production des architectures qui l’abritent, lui offrent l’hospitalité.

L’hypothèse que Alain Guez souhaite soumettre et faire partager est l’intérêt, voire la nécessité, de se questionner sur la manière dont le temps se construit dans la ville habitée en transformation. Cette hypothèse nécessite au préalable de partager l’idée que le temps est une construction sociale et culturelle dont l’expérience passe par l’infinie entrelacement des temporalités qui pétrissent nos existences individuelles et collectives, nos pratiques, et aussi nos représentations et notre conception de l’articulation entre passé, actuel et avenir. Comment le temps, ou plutôt les temps urbains, se manifestent-ils concrètement, comment sont-ils modelés par l’architecture et les processus de transformation du territoire habité ? Nous proposerons des pistes d’exploration de ces questions dans la perspective de faire partager notre hypothèse et l’intérêt de la vérifier à travers différentes méthodes et sujets possibles de recherche.

Philippe Bonnin, est architecte et anthropologue, directeur de recherches au CNRS, dirige l’equipe AUS de l’UMR LAVUE. Il anime le réseau de recherche franco-japonais JAPARCHI. Il a publié de nombreux travaux sur l’architecture des limites, des dispositifs et rituels des seuils, sur l’évolution de l’habitation et de l’architecture rurale, sur l’inscription du temps dans l’architecture populaire (France/Japon), sur l’esthétique ordinaire de la ville, sur l’usage de l’image dans l’observation et l’analyse des espaces habités.

Quelques références récentes de Philippe Bonnin :
2011 – Donner lieu au monde : La poétique de l’Habiter, (Dir, avec A.Berque et Alessia de Biase), Paris : ed. Donner lieu, 2012.
2011 – « Dispositifs et Notions » (Dir. avec Nishida Mastsugu). Actes du colloque de Kyoto, ed. EFEO, Paris-Kyoto, 2012.
2010 – « Natures urbanisées », (avec M.Clavel), direction du n°4/2010 d’Ethnologie Française
2009 – Faire territoire aujourd’hui, (Dir, avec G.Baudin), Paris : ed. Recherches, 2009, 318p.
2008 – L’Habiter dans sa poétique première, (Dir, avec A.Berque et Alessia de Biase), Paris : ed. Donner lieu, novembre 2008, 404p.
2007- Images habitées : photographie et spatialité. Paris : Créaphis, 2007, 271p.
2007- L’espace anthropologique : abécédaire, (Dir, Ph. Bonnin avec Alessia de Biase, et 33 contributions), Cahiers de la Recherche architecturale, Urbaine et Paysagère n°20-21, 2007, 279p.
2007- Architecture : espace pensé, espace vécu, (Ph. Bonnin Dir., et avec 17 contributeurs), Paris : Éditions Recherches, 2007, 284p.
2006- Loges, concierges et gardiens. (Dir, avec R. de Villanova). Paris : Créaphis, 2006. 274p.
2006- La ville insoutenable : les trois sources du mythe de la ville-campagne. (Dir., avec A. Berque et C. Ghorra-Gobin), Actes du colloque de Cerisy, Belin, 2006, 366p.

Alain Guez, Alain Guez travaille depuis plusieurs années sur différents projets et études territoriaux et urbains dans une démarche interdisciplinaire et partenariale. Dans son activité d’enseignant, comme dans la recherche et dans la pratique professionnelle, Alain Guez explore les modalités et potentialités d’une articulation des dimensions spatiales et temporelles du projet urbain et architectural. Outre son activité d’enseignement et sa pratique exploratoire de l’urbanisme, Alain Guez est responsable de l’axe 2 de recherche du Laboratoire Architecture Anthropologie : Le travail du temps dans la ville contemporaine. Il co-coordonne le Programme 3 de l’UMR CNRS 7218 Lavue avec Alessia de Biase et Chris Younès : articulation des échelles spatiales et temporelles dans le cadre du développement durable.

Quelques références d’Alain Guez :
 2010 « L’ « entre-temps » : una postura di progetto », in Paolo Bossi, Stefano Moroni, Matteo Poli (a cura di), La città e il Tempo : interpretazione e azione, Maggioli editore, Milano
2008 « Pour une poétique de l’entre-temps en architecture », in Augustin Berque, Philippe Bonnin, Alessia de Biase (Dir.), L’habiter dans sa poétique première. Colloque international de Cerisy-la-Salle – Editions Donner lieu, Paris
2007 « T comme Temps », in Biase, de A., Bonin, Ph. (dir.), « Abécedaire de l’anthropologie de l’Architecture et de la ville », numero thématique des Cahiers de la recherche urbaine architecturale et paysagère, n°20-21

Suggestions bibliographiques pour la séance « Les incontournables » selon les auteurs

  • « Le décor domestique en Margeride », in : « Terrain » n°12, mission du patrimoine, avril 1989 : 40-53.
  • « La maison D. », in : « Chez soi », M. Segalen (dir.), Paris : Autrement, série mutations, mai 1993 : 120-138.
  • « La modernisation de la maison D., analyse longitudinale « . Sociedade e territorio, Revista de estudos urbanos e regionais. Mudança social e formas de habitar. Lisbonne, n°25-26, février 1998 : 52-63.
  • Certeau (de) Michel, L’invention du quotidien. 1. arts de faire, Collection folio / essais, éd. Gallimard, Paris, 1990 : pour la première édition Arts de faire, collection 10-18, Union générale d’éditions, Paris,1980
  • Georges Didi-Huberman, Devant le temps, collection “critique”, les éditions de minuit, Paris, 2000.
  • Hartog François, Des régimes d’historicité : présentisme et expérience du temps, Seuil, 2003
  • Le Goff Jacques, Jean Lefort, Marne Perrine, (dir.), Les Calendriers. Leurs enjeux dans l’espace et dans le temps, Colloque de Cerisy, Somogy éditions d’art, Paris, 2002.
  • Koselleck Reinhart, Le futur passé, Contribution à la sémantique des temps historiques, éditions de l’EHESS, 1979 (éd. allemande), 1990 (éd. française)
  • Ricœur Paul, Du texte à l’action essai d’Herméneutique, II, Collection Esprit/Seuil, éditions du Seuil, Paris, 1986
  • Riegl Alois, Le culte moderne des monuments sa nature son origine, Traduit et présenté par Jacques Boulet, In Extenso, recherches à l’Ecole d’Architecture Paris-Villemin, Paris,1984

::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::

Pour se préparer à l’écoute 2 textes récentes de deux auteurs à télécharger

Philippe Bonnin,  » Le temps d’habiter », in A. Berque, A de Biase et Ph. Bonnin (dir.), L’habiter dans sa poétique première. Actes du colloque de Cerisy-la-Salle, Paris : editions donner lieu, 2008

X

X

X

X

Alain Guez,  « T comme Temps », in Biase, de A., Bonnin, Ph. (dir.), «Abécedaire de l’anthropologie de l’Architecture et de la ville», numéro thématique des Cahiers de la recherche urbaine architecturale et paysagère, n°20-21, 2007

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s